Parking : les bonnes dimensions

Publié le jeudi 23 janvier 2014 à 12:29

Parfois redoutés des conducteurs pour les manœuvres qu’ils engendrent, les parkings n’en restent pas moins indispensables à tout déplacement automobile et constituent de fait un important sujet de réflexion pour les services publics.

 

La problématique est alors la suivante : comment fluidifier le trafic, favoriser des déplacements rapides et le développement économique d’un territoire tout en limitant les externalités négatives comme l’emprise au sol, les embouteillages, la pollution, le bruit et notre dépendance aux énergies fossiles importées.

Un choix cornélien souvent tranché par un habile compromis car sans parkings, pas de voitures et moins de nuisances mais aussi un risque de territoire enclavé, moins accessible pour les habitants des différentes couronnes et donc moins attractif économiquement.

 

Une première solution a été trouvée par l’optimisation des parkings qu’ils soient publics ou privés. Quitte à construire des parkings, autant optimiser leur capacité au maximum, on met ainsi davantage de véhicules dans un espace plus restreint et moins coûteux à construire.

 

Des normes ont donc été édictées qui fixent la largeur des voies d’accès et les dimensions des parkings : il s’agit des normes NF P91-120 pour les parcs privés et NF P91-100 pour les parkings publics. Voilà qui explique enfin cette vague impression de déjà vu quand vous entrez dans un nouveau parking et le sentiment que les places sont (au choix) toujours trop petites pour cette satanée bagnole ou extrêmement bien conçues…

 

Les 2 normes en question sont très similaires et enjoignent aux constructeurs de respecter les dimensions suivantes pour les places de stationnement. A noter que la taille des emplacements varie en fonction de l’angle formé par le stationnement avec la route d’accès :

Voici quelques exemples de parkings (schémas officiels) :

 

 

 

Les dimensions standards peuvent éventuellement être modifiées, par exemple :

-        Si le fond d’emplacement n’est pas un mur mais un autre stationnement. Dans ce cas, le stationnement peut être raccourci en longueur (voir figure 3 : 4,80m au lieu de 5,10m).

-        S’il y a des obstacles sur le côté et selon la distance qui les sépare de la voie d’accès. La figure 1 montre ainsi un emplacement de 2,50m de large (un seul mur sur le côté) et un autre de 2,60m de large (2 murs sur le côté).

-        S’il s’agit de places handicapées, la réglementation impose alors une largeur de 3,30m.

 

La hauteur est elle aussi normalisée avec 2,20m sous plafond et 2,00m sous obstacles (poutres, signalisations, canalisations).

 

En ce qui concerne les garages ou boxes, les normes NF P91-120 et NF P91-100 ne s’appliquent pas mais on admet généralement une dimension intérieure de 2,50m de large sur 5,00m de long avec une porte de 2,40m de large et 2,00m de haut.

 

Les accès aussi sont importants:

 

Si ces normes constituent un bon point de repère, un mesurage ne suffit pas, il vaut mieux vérifier avant l’achat ou la location que vous pouvez circuler facilement dans le parking avec votre propre véhicule (vérification des accès) et que la place est suffisamment spacieuse. J’ai plusieurs fois visité des garages aux dimensions standards mais qui nécessitaient une dizaine de manœuvres en marche arrière pour se garer : en cause, une distance trop faible entre la porte du box et le mur d’en face… Dans ces conditions et si le stationnement vous intéresse malgré tout, rien ne vous interdit de négocier un petit rabais à la vente ou à la location…

 

Aucun commentaire Catégorie(s) : Actualités Pratique Tag(s) : Astuces Garage Location Parking

Paiement 100% sécurisé